Archives mensuelles : mars 2013

irabuIrabu est tout à la fois  un psychiatre drôle et un drôle de psychiatre. Vous éprouvez quelque difficulté dans l’existence vous obligeant à recourir aux services d’une autorité en blouse blanche. Vous rencontrez alors un personnage riant qui commence avant toute autre investigation à vous faire administrer une piqûre par une infirmière sexy, profitant de ce spectacle en fétichiste de l’aiguille qu’il est. Ensuite il pourra s’intéresser à vos problèmes, qu’il s’agisse d’un embarassant priapisme ou d’une sensation étrange d’être suivi dans la rue. En écoutant ses conseils bien malin celui qui pourra déceler s’il est fou ou génial. Ideo Okuda distille une excentiricité et une bonne humeur dans 5 histoires autour d’un personnage devenu célèbre au Japon en même temps qu’il dresse un panarama d’un certain état de la société, extraordinaire mais bien réel

Editions Wombat

ogawaUne île où s’opèrent détranges disparitions. Du jour au lendemain, des objets, des êtres cessent littéralement d’exister comme s’ils n’avaient jamais appartenu à ce monde. Pour que l’équilibre de celui-ci perdure, la mémoire de ces objets disparus doit à son tour disparaitre. Ogawa distille la poésie et l’étrangeté de son univers dans ce roman qui offre une grande liberté de lecture, roman kafkaïen, anti-utopie ou roman poétique qui égrène les thèmes importants de l’auteur : la mémoire, les mystères à l’oeuvre dans les relations humaines…

Il demeure une lecture qui imprime chez le lecteur un entrelacs de sensations et de sentiments qui mettent directement en relation la vie et une conception magistrale de la littérature. Ogawa est, tant dans les formes brèves que longues, un auteur fascinant.

Editions Babel

ShabCécile Ladjali est née du ventre de sa mère, iranienne, et dans une grande maison en Suisse. Et puis elle a été adoptée et a grandi dans un beau duplex à Paris. L’auteur écrit le roman de ses origines, tiraillée entre des parents et un pays d’adoption où mieux valait ne pas être « trop typée » et les retrouvailles avec la mère biologique. Cette mère raconte son histoire à la fille qu’elle a rejetée, à celle qui porte à son tour la vie et dont le corps se rappelle aux origines réelles, par une mémoire ancestrale. Tantôt lyrique et incarnée, tantôt dans la consignation d’une vie qu’elle tente d’apprivoiser, l’écriture de Cécile Ladjali offre un hommage vivant à ses parents adoptifs.

Editions Actes Sud

Les Sandales d'Empédocle | Mentions légales | Conception par DynAgence.fr, élaboration de site internet a Besançon Réalisé par DynAgence.fr : création site internet à Besancon.