winterSamuel W. Gailey signe un premier roman, noir, chez Gallmeister. Il décrit par le détail une journée tragique qui va faire sombrer Danny, un homme rendu simple d’esprit par un accident survenu lors de son enfance, dans un engrenage diabolique. Les chapitres cernent ce théâtre tragique en se focalisant autour d’un personnage. Des regards particuliers se croisent, sondant la noirceur des âmes abîmées, violentes, aux prises avec une forme de fatalité qui s’abat sur des hommes en lutte contre eux-mêmes. Danny s’adressant à un des protagonistes dira :  « T’as fait un truc rudement moche mais peut-être que tu pouvais pas t’en empêcher. Comme moi, c’est tout simplement ce que tu es ».

C’est l’Amérique des laissés pour compte qui nous est donnée à ressentir dans la froideur d’une petite ville de Pennsylvanie, celle où a grandi l’auteur, d’où peut-être l’émotion à vif qui transparait dans chacune des pages. Samuel W. Gailey s’inscrit dans une lignée d’auteurs pouvant évoquer Steinbeck ou Russel Banks et s’intègre parfaitement dans le très beau catalogue d’un éditeur qui est décidément un grand découvreur de talents.

Les Sandales d'Empédocle | Mentions légales | Conception par DynAgence.fr, élaboration de site internet a Besançon Réalisé par DynAgence.fr : création site internet à Besancon.