dag solsdad onzieme livre

Seulement deux romans de cet auteur reconnu et récompensé en Norvège ont été publiés en France. Honte et dignité a été publié aux éditions des Allusifs en 2008. Son écriture lancinante est parfois comparée à celle de Thomas Bernhard. On croise aussi l’ombre d’Ibsen. Description d’une conscience moderne face aux conventions sociales, à l’aliénation, ce texte décrit la crise existentielle d’un cinquantenaire qui tente de déjouer la main du destin – Sommes-nous libres de choisir notre vie? – dans un acte aussi gratuit qu’absurde.

Préface (admirative) de Murakami.

clement balles perdues

 

La petite Pearl vit avec sa mère dans une voiture aux abords d’un camping en Floride. Vie à deux, de démunies, relation fusionnelle et précaire jusqu’à ce que surgisse la main du destin sur leurs existences.

Roman engagé sur l’Amérique des armes et le sort que ce pays réserve à ceux qu’elle marginalise…

 

Le roman de Maylis de Kerangal raconte l’itinéraire d’une transplantation cardiaque, depuis la mort du donneur jusqu’à la greffe finale.

kerangalSimon Limbres a 19 ans, il est surfeur et au retour d’une virée nocturne à la mer, un accident lui coûte la vie. Son corps est relié à des machines qui maintiennent ses fonctions vitales, son cœur bat encore, il faudra alors expliquer à ses parents qu’il est mort car son cerveau l’est.

Maylis de Kerangal a écrit un roman pétri de questionnements métaphysiques autour de ce qui fait la vie, la mort avec la question centrale du don d’organes. Le don, un mot qui n’est pas anodin. L’auteur a voulu faire de cette aventure humaine une chanson de geste, un genre littéraire médiéval qui conte des hauts faits, héroïques. Héroïque le don d’organe ?

Le roman nous installe dans la peau de chacun des personnages, parents et proches de la victime, personnel médical, receveuse de la greffe. C’est une aventure intérieure, infiniment complexe. La langue de l’auteur établit un rapport au monde dans toutes ses strates, de la consignation technique et médicale à un lyrisme époustouflant. Car le corps peut se réduire à une matière et s’envisager d’une manière pragmatique, les organes se prélevant sur un corps mort pour réparer un corps vivant. Mais il est aussi une représentation sacrée de la vie, les rituels venant célébrer et rappeler cela. Le cœur est un symbole, de vie, d’amour, d’émotion. De la même manière l’auteur parle des hommes dans leurs limites, enfermés dans la solitude de la tragédie mais les inscrit aussi magnifiquement au sein d’un univers perpétuellement en mouvement et traversé de part en part, entre atomes et trajectoires qui se croisent.

Un roman exigeant littérairement et qui emplit pleinement un rôle social et collectif par un questionnement universel sur ce qui fait et traverse nos vies. 

Les Sandales d'Empédocle | Mentions légales | Conception par DynAgence.fr, élaboration de site internet a Besançon Réalisé par DynAgence.fr : création site internet à Besancon.